Je préfère souvent mettre en avant des produits plus abordables mais ne résiste pas à faire un bref compte rendu de ce reproducteur d’émotion qu’est la KEF référence 3 .

Leur écoute révèle une densité, une matière, un côté charnel qui subjuguent .
La présence quasi physique des voix, des instruments, alliée à une scène sonore en totale liberté (une des grandes qualités du coaxial KEF), font que les enceintes ont disparu.

Sur Calypso blues interprété par Youn Sun Nah, des notes les plus graves de la contrebasse aux plus infimes inflexions de sa voix le lien est organique, sublime.
Dans la Resurrezione (Minkowski les musiciens du Louvre) les voix et instruments anciens sont délivrés avec une acuité et un réalisme confondant.
Le tempo sur city boom boom de Julien Loureau passe sans faiblir, le fourmillement d’informations est un régal pour nos oreilles  et rendu sans agressivité.

Ces écoutes ont été prolongées jusque tard, chacun ayant tenu à nous faire partager ses morceaux préférés.

Evidemment le matériel connecté était à la hauteur ( MC 7900 . MC 275 . MCT 450 . SUGDEN IA4 DAC Direct stream etc.) et le prix de ces enceintes hifi (10.000€) n’est pas à proprement parler un budget très démocratique mais rien encore n’interdit de rêver.